Le Forum de Bakou sur le dialogue interculturel appelle à une coopération renforcée

2017-05-10

Le 4e Forum mondial sur le dialogue interculturel a été conclu le 6 mai à Bakou, en Azerbaïdjan, par la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, qui a souligné l'importance des engagements pris durant l'événement et le besoin d’une plus grande coopération dans le contexte de la multitude des problèmes mondiaux actuels, y compris la croissance globale de l'extrémisme violent, la migration croissante et la crise des déplacements, une plus grande inégalité économique et la montée d’un populisme politique controversé.

« Maintenant que le Forum se termine, nous nous sentons tous engagés tout en ayant un sentiment d’urgence. Nous devons agir (...) le monde qui nous entoure est très fragile. La paix est très fragile. Comment maintenir la paix ? Comment construire des sociétés inclusives plus résistantes ? Comment lutter contre l'extrémisme et trouver la formule magique pour pouvoir vivre ensemble ? Cela mérite tous nos efforts et notre engagement, » a-t-elle déclaré.

Accueilli généreusement par le Gouvernement d'Azerbaïdjan et S.E. Ilham Aliyev, Président de la République d'Azerbaïdjan, en partenariat avec l'UNESCO, l'Alliance pour les civilisations de l’ONU, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, l'Organisation mondiale du tourisme, le Conseil de l'Europe et l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture, le Forum a réuni plus de 800 participants issus de plus de 120 pays. Ce Forum a défendu l’idée que le dialogue est une condition préalable pour prévenir et faire face aux défis auxquels nous sommes confrontés, sans lequel les ambitions du Programme de développement durable à l’horizon 2030 pour mettre fin à la pauvreté, protéger la planète et assurer la prospérité pour tous resteront lettre morte. Dans ce contexte, les organisations partenaires ont pris acte du 10e anniversaire du processus de Bakou à venir, tout en reconnaissant la nécessité de renforcer davantage leur collaboration et leurs actions communes.

En coopération avec le gouvernement de l'Azerbaïdjan, l'UNESCO a organisé une Réunion de haut niveau sur l'éducation des filles, à laquelle ont assisté les premières dames d'Azerbaïdjan, d'Éthiopie, du Mali et du Rwanda. Cette réunion a donné lieu à un appel humanitaire mondial pour investir dans l'éducation des filles et pour la placer au premier rang des priorités des programmes politiques au niveau mondial. La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a également ouvert une session sur les « Leçons de l'Holocauste pour un avenir meilleur des relations interculturelles », organisée par le projet Aladdin en souvenir du défunt Samuel Pisar, Ambassadeur honoraire et Envoyé spécial pour l’enseignement de l'Holocauste de l'UNESCO, lors de laquelle elle a souligné l'engagement de l'UNESCO à promouvoir une culture de prévention.

Quelques 13 séances de l'UNESCO ont porté sur des sujets tels que la prévention de la radicalisation des jeunes sur Internet et le rôle central de l'éducation pour prévenir l'extrémisme violent ; l’importance de responsabiliser les jeunes par le dialogue interculturel ; le potentiel des e-ressources ; l'héritage arabo-musulman dans l’Occident ; l’importance de mobiliser le sport comme outil de dialogue ; et l'histoire du travail au service de la paix au sein du système des Nations Unies. L'UNESCO a lancé une plate-forme en ligne sur les compétences interculturelles avec le soutien de l'Azerbaïdjan. Cette dernière aspire à devenir un centre mondial de ressources pour rassembler et inspirer des actions innovantes et influentes liées au dialogue. L’UNESCO a également présenté une publication de recherche fondamentale intitulée Interculturalism at the Crossroads (Interculturalisme à la croisée des chemins), qui vise à offrir une nouvelle perspective ambitieuse pour la coopération axée sur les compétences interculturelles.

Des discussions, lors du Forum, ont permis de partager des ressources, des connaissances et des expériences, et d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion et d'action communes dans le contexte de la Décennie internationale pour le rapprochement des cultures (2013-2022), l’Objectif du développement durable 16 pour promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes, et du processus de Bakou lui-même.

****